L’industrie du jeu au secours de la recherche scientifique

Bio, Crypto ou Nano : les mots magiques qui attirent les capitaux de l’industrie du jeu

La nanotechnologie n’est aujourd’hui qu’un mot à la mode pour la déduction des subventions. La plupart des technologies sont basées sur la microtechnologie.

C’est encore une fois une bonne chose, parce que le potentiel est beaucoup plus grand au cours des dix prochaines années. Vous pouvez au moins dire que si vous avez besoin d’argent pour la recherche aujourd’hui, vous écrivez Bio, Crypto ou Nano dessus, MAIS vous devez le faire en partie malheureusement, parce que sinon vous n’obtenez pas d’aides financières pour la recherche, même si cela est nécessaire et scientifiquement et économiquement intéressant.

Le battage médiatique est vraiment ennuyeux parce que certains politiciens croient que la nanotechnologie est la panacée. Mais cela ne veut pas dire que la recherche est inintéressante !

Mais une chose doit être mentionnée, la recherche coûte de l’argent, c’est et ce sera toujours le cas. Et s’il n’y a pas d’argent en Allemagne, et encore moins en France les scientifiques vont dans les pays où il y a de l’argent ! Et sans recherche et développement, aucune entreprise ne peut émerger ou survivre !

Je dirais donc plutôt que si davantage d’argent est consacré à la recherche, afin de développer les innovations, de créer ou d’agrandir des entreprises et, finalement, de créer des emplois, cela ne se fera pas du jour au lendemain, bien sûr, mais à mon avis, c’est un investissement valable pour l’avenir du pays. Les nouvelles technologies notamment la Blockchain et la cryptomonnaie ont envahi le jeu en ligne et notamment les casinos et les salles de poker. On voit également apparaître des sites de paris sportifs en cryptomonnaies.

Le fait de voir arriver l’industrie du jeu en ligne est pour moi une bonne chose, car ce sont des industries qui pesent des milliards d’euros chaque année, et cela sera un soutien financier pour la recherche en nouvelle technologie, là où les états super endettés ont du mal à suivre

Vos jeux vidéo peuvent révolutionner la recherche en santé et la recherche scientifique

Qu’est-ce que tu imagines normalement quand tu entends le mot “jeu” ? Une adolescente avec les yeux collés à la télé pendant des heures ? Un banlieusard jouant à Candy Crush sur son téléphone intelligent ?

Les scientifiques et les chercheurs pourraient bientôt changer ces perceptions communes. Ils créent de nouveaux jeux conçus à des fins très différentes. En voici quelques exemples.

NeuroRacer – Le jeu comme outil de traitement

Votre but : Améliorer le contrôle cognitif chez les personnes addictes au jeu en ligne, que ce soit sur mobile ou des jeux d’argent en ligne.

Adam Gazzaley, professeur agrégé de neurologie, de physiologie et de psychiatrie à l’Université de Californie à San Francisco, explique qu’il a créé Neuroracer spécifiquement pour ” cibler la vulnérabilité du cerveau des personnes âgées en matière de contrôle cognitif, qui est l’ensemble des compétences qui nous permettent d’interagir dans des environnements complexes “.

Le jeu a deux tâches que les joueurs doivent jongler en même temps : ils doivent essayer de garder une voiture sur une route sinueuse, en utilisant un joystick, tout en répondant rapidement et précisément aux panneaux qui apparaissent sur la route.

“Au fur et à mesure que vous vous améliorez à chaque tâche le défi augmente “, dit M. Gazzaley. “Les récompenses dans le jeu ne se produisent que lorsque les deux compétences s’améliorent – donc vous ne pouvez pas faire de compromis. Cela oblige votre cerveau à trouver comment faire ces deux défis simultanément, ce qui est très difficile à faire pour notre cerveau.”

Les résultats ont été passionnants, dit M. Gazzaley. Des adultes plus âgés ont joué à NeuroRacer pendant 12 heures au cours d’un mois, utilisant l’EEG pour enregistrer ce qui se passait dans leur cerveau avant et après le jeu. Les joueurs s’améliorent considérablement dans les tâches impliquées dans le jeu – dans certains cas, les participants de 60 ans dépassaient le niveau d’habileté des jeunes de 20 ans qui avaient joué le jeu une seule fois.

Mais l’équipe de Gazzaley a remarqué autre chose : d’autres aptitudes cognitives non spécifiquement entraînées par le jeu, comme la mémoire des visages sur de courtes périodes de temps, se sont également améliorées chez certains joueurs. Les résultats de l’EEG ont montré une “augmentation robuste” de l’activation du cortex préfrontal – la partie du cerveau la plus étroitement associée au contrôle cognitif – pendant le point le plus difficile du jeu. Les joueurs qui ont montré la plus grande augmentation de l’activité du cortex préfrontal ont également montré la plus grande amélioration des compétences non entraînées par le jeu d’adresse ou jeux d’argent

A suivre au cours des prochaines années cette synergie entre l’industrie des casinos et la science !

Leave your thought

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *